Museum Avignon
Publication scientifique
Accueil > Exposition itinérante > L'ours brun
Le Mont Ventoux culmine à 1.909 mètres.
Relevé phytologique du Mont Ventoux effectué par Esprit Requien en 1811. Collection du Muséum Requien.
A tout seigneur tout honneur... Le Mont Ventoux.
Mont des Vents, Cime Blanche ou Mont surgissant de l'horizon pour les marins, voici quelques étymologies de cette masse calcaire qui se découpe dans l'azur d'un ciel que le Mistral a purifié. Étiré d'Est en Ouest sur environ 24 km (d'Aurel à Malaucène), et sur 15 km du Nord au Sud, le Mont Ventoux culmine à 1.909 m. C'est le géant de la Provence intérieure. Sa hauteur est la résultante d'un grand plissement du sol dont les prémices affectèrent la Provence il y a près de 120 millions d'années.

Ce massif a acquis ses lettres de noblesse au XIX° siècle grâce au scientifique avignonnais Esprit Requien. Si ce savant y découvre de nombreuses espèces nouvelles pour la flore française, il remarque aussi l'étagement végétal du massif qui varie en fonction de l'altitude et de l'exposition : c'est la naissance de la phytosociologie. Ces données inédites, reprises et publiées par Charles Martins, nous montrent un Ventoux en situation de fort défrichement. Grâce à la loi de 1860 sur les reboisements des montagnes, les peuplements naturels sont rapidement complétés par de nouveaux apports et la montagne se pare de nouvelles espèces (Mélèze, Pin syvestre, Pin noir, Cèdre).

Chaque recoin de la montagne abrite une faune de mammifères variée. Dans les zones boisées le sanglier, le cerf, le chevreuil se côtoient. L'opportuniste renard et le puissant blaireau sont les seuls gros carnivores sillonant aujourd'hui ce massif. Comment oublier que le loup, si présent dans les noms de lieux de Provence, survécut ici jusqu'en 1880? Discrètes, la fouine et la belette s'attaquent au petit monde des rongeurs. Le mouflon de Corse, introduit en 1964, a élu résidence dans les zones escarpées des alentours de Bédoin et de la Font Margot (Sault-Aurel). Le chamois égaie les enrochements et les falaises du versant septentrional. Dans la nuit, les bois résonnent du bruisement d'aile des hiboux grand-duc et petit-duc et des chouettes hulotte et chevêche.

De la Provence méditerranéenne à la Provence alpine, c'est tout un univers hors du commun qui s'offre à celui qui sait chercher et observer aux portes d'Avignon.
Ce projet a été co-financé par l'Europe (Fonds Européen de développement régional).
© 2003 Museum d'Histoire Naturelle d'Avignon, musée Requien - Museum PACA - France.